Terminée

Rédaction

Affichage de 41 à 60 sur 116 notices
Couvent Résumé
Couvent franciscain obs. de la Visitation de Gyöngyös (2)

v.1467-1475 Fondation du couvent à partir d'un ancien couvent franciscain remontant au XIVe siècle (voir 1), placé sous le vocable de la Vierge de la Visitation, qui a été restauré dans les années 1460 (jusqu'en 1475) et transféré à l'Observance à la demande de Jean Ország de Gút

1475-1485 Fondation d'une communauté de tertiaires autour de la chapelle de la Trinité par Dorothée Bánfi, veuve du baron Jean de Rozgony ; elle fonctionne jusqu'en 1541

1526 Incendie de la toiture au cours d'une offensive ottomane

1535 Ce couvent accueille pour la première fois un chapitre provincial (puis en 1581)

1538-1539 Graves accusations contre les frères de ce couvent et les soeurs tertiaires, publiquement démenties par la municipalité

1541 Occupation de la ville par les Ottomans (jusqu'en 1686), qui entraîne la fermeture de la communauté de tertiaires ; le couvent masculin obtient une lettre de protection du sultan Souleiman Ier, en tant qu'anciens sujets du roi Jean de Szapolya, puis des différents pachas de Buda ; c'est l'un des rares couvents de la province franciscaine observante de Hongrie à avoir survécu à l'occupation ottomane (avec ceux de Szeged et de Szakolca) et sa bibliothèque connut même un vif essor à cette période

1786 Dissolution sur ordre de l'empereur Joseph II

Couvent franciscain obs. de Rokovci (?) / Harapk

avant 1433 Fondation de ce couvent par les membres de la famille baronnale des Botos

1433 Mention de ce couvent dans une bulle du pape Eugène IV énumérant les couvents des Franciscains observants situés aux frontières de la Hongrie

v. 1475 Destruction du couvent par les Ottomans

Couvent franciscain obs. de Slavonski Kobaš / Kobás

1500-1503 Couvent fondé sur la rive gauche de la Save par les frères venus de Bosnie pour accueillir les religieux menacés par les Ottomans

1536 Abandon du couvent puis destruction par les Ottomans

Couvent franciscain obs. de Đakovo / Diakóvár

1347-1355 Fondation du couvent par les Franciscains du vicariat de Bosnie (ce qui en fait le plus ancien couvent de la future vicairie de Hongrie), autorisée par le pape Clément VI le 21 mars 1347 en même temps que celui de Ston / Stano, avec pour fonction de servir de lieu de refuge aux Franciscains de Bosnie ; initialement rattaché à la custodie d'Usora (d'après l'inventaire de 1384-1385)

1355 Pérégrin de Saxe, premier vicaire de Bosnie (1339), aurait été enseveli dans l'église du couvent selon la tradition de l'Ordre

1420 Le chapitre de la vicairie de Bosnie se tient dans ce couvent, alors déjà centre de la custodie du même nom, et élit Blaise de Szalkó, chroniqueur de l'Ordre, comme vicaire

1448 Rattachement à la custodie de Slavonie, à l'intérieur de la nouvelle vicairie franciscaine observante de Hongrie

1536 Expulsion des frères et occupation des locaux par les troupes ottomanes après la prise de la ville, qui explique que le couvent n'apparaisse plus dans l'inventaire interne de 1537

Couvent franciscain obs. Saint-Grégoire-pape de Györgyi

1459 Fondation du couvent par Grégoire Bodó de Györgyi, récemment promu baron, qui choisit de le dédier au pape Grégoire le Grand

1517-1519 Conflits avec le patron François Bodó à propos de la vaisselle liturgique, que le pape tranche en faveur de ce dernier, en autorisant les frères à se servir de vaisselle précieuse pour le culte divin

1526 Les frères quittent momentanément le couvent pour raisons de sécurité face à l'avance ottomane

1529 Retour des frères dans le couvent

(av.) 1542 Les objets liturgiques précieux sont remis aux héritiers du fondateur

1543 Abandon du couvent, qui est occupé ensuite par les Ottomans

Couvent franciscain obs. Saint-Jean-l'Év. de Buda (2)

[v. 1250-1443 : voir notice Couvent franciscain Saint-Jean l'Év. de Buda 1]

1443-1444 Suite à des plaintes sur l'incapacité des frères du couvent franciscain Saint-Jean-l'Évangéliste de Buda à accomplir leurs tâches liturgiques, le légat Julien Cesarini ordonne une enquête qui aboutit au transfert de ce couvent (parmi d'autres) à l'Observance, transfert signifié par le même légat le 20 février 1444, en vertu d'une décision du pape Eugène IV prononcée le 29 janvier 1444, puis confirmée par en 1448

1448 Confirmation par le légat Jean Carvajal du transfert à l'Observance de ce couvent, à qui est confiée la tutelle sur la communauté de tertiaires voisine

1455 Jean de Capistran effectue un bref séjour dans ce couvent

1473-1539 Onze chapitres provinciaux se tiennent dans ce couvent (1473, 1483, 1487, 1489, 1501, 1503, 1505, 1515, 1520, 1523, 1539) ; il fait figure de centre de la province : c'est là que réside habituellement le vicaire puis ministre provincial de Hongrie, les archives provinciales y sont conservées, il abrite un studium generale (où enseigna Pelbart de Temesvár)

1520 Le couvent reçoit la visite du ministre général François Licchetti

1526 L'entrée des Ottomans à Buda provoque la mort de 8 frères (le 10 septembre) puis le départ de la communauté, qui ne revient dans ses murs qu'après le départ du sultan

1529 Les Ottomans massacrent 9 frères

1541 Les frères quittent le couvent après la prise de Buda par les Ottomans ; ceux-ci transforment l'église en mosquée et annexent les bâtiments conventuels au palais du pacha de Buda

Couvent franciscain obs. Saint-Michel de Suseni / Felfalu

1427-1431 Fondation (en deux temps) du couvent Saint-Michel par le seigneur du lieu, Jean, fils du baron "Désiré" de Lósonc (Johannes, filius Desew de Losoncz, en hongrois Deszőfi) avec l'autorisation du pape Martin V (délivrée le 13 décembre 1427 et confirmée par Eugène IV en 1431) et en lui attribuant la fonction de convertir les orthodoxes russes et roumains des environs

1431 (4 juin) À la demande du fondateur, le pape Eugène IV demande à l'évêque de Transylvanie d'inciter le vicaire de Bosnie à envoyer des frères (supplémentaires) dans ce couvent

1535 Mention d'une communauté de tertiaires féminines (béguines) rattachée à ce couvent, munie d'un confesseur, en activité jusqu'à 1540 environ

1535-1537 Dans le cadre de la réorganisation de la province salvatorienne de Hongrie, ce couvent est rattaché (pendant deux ans) à la custodie de Târgu Mureş puis est à nouveau intégrée à la custodie de Transylvanie

v. 1540 Les graves dommages subis par le couvent, de cause inconnue, contraignent les frères à quitter les lieux

1542 et 1544 Le nouveau patron, François Kendy / Kendi, demande à deux reprises aux dirigeants de la province le retour des frères dans ce couvent ; mais le projet de restauration échoue, sans doute parce que le patron ne respecte pas les engagements pris pour assurer la protection et la subsistance des frères.

Couvent franciscain obs. Sainte-Marie de Cenad / Csanád

1448 Première tentative de transfert aux Franciscains observants de cet ancien monastère bénédictin abritant le sépulcre en argent de saint Gérard

1493 Fondation du couvent Sainte-Marie à la demande de l'évêque de Cenad, Luc (Baratin) de Szeged, avec l'autorisation du pape ; il est rattaché à la custodie de Ineu / Jenő

1514 Les paysans insurgés attaquent le couvent ; le cercueil de saint Gérard, réduit en morceaux, est alors transféré au couvent de Pest

1539-1542 Une école formant les novices est mentionnée dans ce couvent

1542-1550 Une communauté de tertiaires féminines est mentionnée comme dépendant de ce couvent

1550 Les frères quittent le couvent à l'automne, au moment du départ des troupes de défense hongroises de la citadelle, pour aller au devant des Ottomans

Couvent franciscain obs. Sainte-Marie de Voćin / Atyina

v.1490-1496 Fondation du couvent par Catherine d'Újlak, veuve de Jean (ou Ivan) de Korbava, qui avait reçu la localité du roi Mathias après l'extinction du lignage des Gara en 1479, et sa sœur Euphrosyne, veuve de Job de Gara ; les travaux de construction bénéficient du soutien du roi Wladislas II et de Jean Corvin

1535 La communauté de tertiaires (béguines) rattachée à ce couvent, mentionnée pour la première fois mais certainement plus ancienne, se voit attribuer un confesseur

1535-1537 Abandon du couvent après la prise de Požega par les Ottomans

Couvent franciscain obs. St-Esprit de Šarengrad / Atya

1404-1405 Fondation du couvent Saint-Esprit (ou Sts-Pierre-et-Paul) de Šarengrad par le ban de Mačva Jean de Marót (Maróthy, Morovics), qui avait reçu depuis peu (entre 1398 et 1404) du roi Sigismond la localité et appréciait les Franciscains observants

1415 Octroi par Jean XXIII d'indulgences pour ce couvent à la demande du fondateur, qui s'était rendu dans ce but au concile de Constance en 1414

1495, 1499, 1511 Le couvent accueille à trois reprises le chapitre provincial de Hongrie, dont celui qui rédige les "Constitutions d'Atya" (1499)

1526 Abandon puis destruction du couvent pendant les guerres ottomanes

Couvent franciscain obs. St-François de Lipovac / Alsán

1374 Fondation effective du couvent Saint-François par l'évêque de Pécs Valentin d'Alsán, dans un village qui reste difficile à localiser (autour de Posavcki Podgajci, ou Varoš, Lipovac ou encore Lučica ?) ; il appartient à la vicairie de Bosnie

1385 Fin des travaux de construction de l'église et du couvent, qui est mentionné comme appartenant à la custodie de Mačva

1448 Jusqu'à la création de la vicairie de Hongrie en 1448, ce couvent sert de refuge aux Franciscains observants de la vicairie de Bosnie et de Mačva en cas d'attaque ; il est rattaché initialement à la custodie de Đakovo, puis (selon l'inventaire interne de 1516) à la custodie d'Ilok

1526 L'avance ottomane contraint les frères à quitter le couvent, détruit peu après ; il ne figure pas dans la liste interne de 1531.

Couvent franciscain obs. St-Jean-Baptiste de Braşov / Brassó

1507 La fondation de ce couvent est annoncée par le vicaire de Hongrie Oswald de Laskó

1507-1519 env. : Le curé de la ville entame une action en justice contre les frères, ce qui ouvre un long procès, possiblement motivé par des raisons matérielles mais aussi par des tensions interethniques entre habitants germanophones et hungarophones, qui se greffent après 1526 sur des oppositions politiques (entre partisans ou détracteurs de Ferdinand de Habsbourg et de Jean de Szapolya)

1520 Le palatin et voïvode Étienne [II] Báthory ordonne au conseil de ville de ne pas retirer aux frères le terrain sur lequel a été construit leur couvent et leur église

1529 Plusieurs frères sont victimes des Ottomans, ce qui conduit le chapitre provincial à envoyer d'autres frères dans ce couvent

1530 Après la défaite de Ferdinand de Habsbourg à la Feldioara / Földvár en 1529, l'occupation de la ville par les armées de la coalition hungaro-turco-moldave dirigée par Jean de Szapolya met en péril la survie des frères

1531 Le couvent n'est plus mentionné dans les listes de la province de Hongrie et son horloge est transférée au couvent de Șumuleu Ciuc / Csíksomlyó par le chapitre provincial ; la communauté de tertiaires (béguines), mentionnée à partir de 1534, se maintient dans la ville jusqu'en 1556 mais elle est confiée également aux frères de Șumuleu Ciuc

Couvent franciscain obs. Ste-Marie d'Egervár

1490-1493 Fondation du couvent par Ladislas d'Egervár, ban de Croatie, dans sa ville natale ; après la mort de celui-ci en 1492, la construction est achevée en 1493 par son neveu Brice d'Egervár, évêque de Knin, qui s'y fait construire une chambre séparée pour s'y rendre puis y séjourner (de 1493 jusqu'à sa mort en 1523)

1496 Le roi Wladislas Jagellon accorde, à la demande de Brice d'Egervár, une exemption de taxes royales à tous ceux qui s'installeraient sur les terres en friche ou désertes situées à proximité du couvent

1523 Le patronage du couvent passe aux Kanizsa, puis aux Nádasd

1551 Les objets précieux du couvent sont confiés au patron, Thomas de Nádasd

1554 Dernière mention d'un gardien nommé dans ce couvent

peu après 1562 Ordre d'expulsion donné par le patron, François de Nádasd, passé au luthéranisme

Couvent franciscain obs. Ste-Marie d'Esztergom (2)

1448 Transfert du couvent franciscain d'Esztergom à l'Observance sur ordre du légat Jean Carvajal, à la demande de l'archevêque d'Esztergom Denis de Szécs, couvent qui devient le siège de la première custodie de la vicairie observante de Hongrie

1479, 1507 Tenue du chapitre provincial dans ce couvent

1492 Le pape Alexandre VI confirme l'affiliation de ce couvent à l'Observance

1495 Pelbart de Temesvár est nommé gardien de ce couvent

1526 Massacre de trois frères du couvent par les Turcs ottomans

1532 Incendie du cloître et du choeur de l'église pendant le siège d'Esztergom par les troupes ottomanes

1543 Abandon du couvent avant la prise de la ville par les Ottomans puis destruction ; les Frères mineurs en reconstruirent un autre en 1697 un peu à l'Est de l'emplacement du couvent médiéval

Couvent franciscain obs. Ste-Marie d'Igal

1434-1452 Création par le frère Gilles d'Igal d'un ermitage auprès d'une chapelle dédiée à la Vierge Marie et située dans une forêt proche de la bourgade d'Igal, avec l'autorisation du pape

1462, 1464 Après la sécession de la vicairie de Hongrie de celle de Bosnie, ce couvent ou ermitage conserve son autonomie par rapport à la vicairie observante de Hongrie, sur demande de Gilles d'Igal au pape, ce que les dirigeants de celle-ci n'admettent pas

peu après 1464 Fermeture de l'ermitage après la mort du pape Pie II, sous la pression des dirigeants de la vicairie observante de Hongrie, avec le soutien de l'archevêque d'Esztergom Denis de Szécs et de l'évêque de Veszprém.

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Cejkov / Céke

1450-1459 Fondation du couvent par Ladislas (de Céke) d'Imreg, seigneur de la localité et du domaine environnant, composé de 5 ou 6 villages

v. 1540 Pierre de Perény, nouveau patronus du couvent et seigneur du lieu est protestant, ce qui entraîne des agressions répétées contre les frères (pillages, massacre du gardien)

1548 Expulsion des frères sur ordre de Gabriel de Perény, fils de Pierre et lui aussi protestant

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Cluj / Kolozsvár

1486-1494 env. Fondation du couvent Sainte-Marie (ou Notre-Dame-des-Neiges) par le roi Mathias Corvin ; les travaux se prolongent au moins jusqu'en 1494, en bénéficiant du produit des mines de sel royales

1506 Mention d'un couvent de Clarisses fondé auprès de ce couvent par Jean Erdélyi et Nicolas Bethlen ; en piteux état en 1544, il ne compte plus qu'une religieuse, âgée, en 1572

1522 Mention d'une communauté de tertiaires féminines, qui fonctionne jusque vers 1580, peut-être dans les mêmes murs que les Clarisses

1551 Première expulsion des frères par les habitants, passés au protestantisme

1556 (15-16 mars) Expulsion violente des frères (un mort) puis saccage de l'église (destruction des autels et des tableaux, croix incendiées), peut-être à l'initiative du maire Étienne Ötvös

Lorsque les Franciscains reviennent dans la ville au siècle suivant, ils ne peuvent s'installer dans leurs anciens murs.

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Gyula

1420 Fondation du couvent par le ban Jean de Marót, dédié à saint Ladislas dans le projet initial (selon l'autorisation accordée par le pape Martin V le 23 février), puis à la Vierge Marie

v. 1450 (?) Une communauté de tertiaires voit le jour (mentionnée pour la première fois en 1510) ; les frères leur fournissent un confesseur (mentionné en 1535)

1452 Le couvent accueille le chapitre provincial, de même qu'en 1490 et 1533

1529- Le couvent bénéficie du soutien actif de l'évêque d'Oradea Émeric Czibak, également seigneur de la ville, puis (après la mort de ce dernier en 1534) de celui de son neveu et successeur Nicolas Patócsy

1542 Une école de théologie est ouverte dans ce couvent

1556 Abandon du couvent, suite aux mesures hostile du nouveau commandant de la place, Gáspár Mágócsy, luthérien

1566 Démolition du couvent, détruit par les Ottomans après la prise de la ville

après 1556, la communauté de tertiaires se maintient jusqu'en 1564 et dispose de tenures dans la ville

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Humenné / Homonna

1480-1488 Fondation du couvent et de l'église par la famille Drugeth de Homonna, probablement Jean, qui avait épousé une Zapolya, en l'honneur de la Vierge Marie

1529 L'église et le couvent sont entièrement détruits par un incendie causé par les partisans de Ferdinand de Habsbourg, en lutte contre le seigneur de la ville, neveu et partisan de Jean de Szapolya

1531 Abandon du couvent après l'attaque de la localité par les troupes impériales menées par Katzianer

v. 1540 Le passage au protestantisme des Drugeth empêche le retour des frères (qui ne reviennent qu'en 1663)

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Ineu / Jenő

1389-1415 Fondation du couvent et de l'église (à un emplacement inconnu) par Ladislas de Losonc, seigneur du lieu depuis 1389, dont les travaux sont achevés en 1415

1423 (18 mai) Le pape Martin V confirme au fils du fondateur, Sigismond de Losonc, le rattachement de ce couvent à l'Observance franciscaine

1448 Le couvent devient le siège de la deuxième custodie de la vicairie de Hongrie

1548-1549 Expulsion des frères par les protestants, devenus maîtres de la ville, comme leur seigneur Antoine de Losonc

Pages