Terminée

Rédaction

Affichage de 101 à 120 sur 166 notices
Couvent Résumé
Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Sacoșu Turcesc / Cseri

v. 1366 Fondation de ce couvent par le roi de Hongrie Louis Ier, avec l'autorisation du pape, en vue de convertir et encadrer les populations bulgares (slavophones) et roumaines de la région de Temesköz

1378 Le pape Urbain VI délivre une charte de privilèges en faveur des frères de ce couvent, qui demandant sa transcription authentique au chapitre de Cenad en 1411 (26 avril)

1384-1385 Mention de ce couvent parmi les établissements de la custodie de Bulgarie (qui portait ce nom sans pour autant se situer en Bulgarie), dans la vicairie de Bosnie

1428, 1433, 1478 Le roi Sigismond de Luxembourg, puis le pape Eugène IV et enfin le roi Mathias Corvin confirment aux frères qu'ils détiennent ce couvent

1509, 1516 Probablement détruit par les bandes ottomanes, ce couvent n'est plus mentionné dans les listes internes de la vicairie de Hongrie

Il ne reste aucun vestige de ce couvent, au point que la localisation exacte de ce couvent - qui aurait, selon certaines hypothèses, donné son nom populaire aux Franciscains observants hongrois - reste inconnue.

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Sălard / Szalárd

v. 1395 Fondation duc ouvent par un membre du lignage des Csák, Nicolas, ispan de Temes

1400 Le couvent bénéficie d'indulgences pontificales et épiscopales

1451 (janvier) Séjour de l'évêque Jean Vitéz dans ce couvent

1468 Le chapitre provincial se réunit dans ce couvent

1493 Oswald de Laskó est gardien de ce couvent

1533 Agrandissement de l'infirmerie

1553-1556 Attaque du couvent par les hommes de main du seigneur, Wolfgang de Csák, pro-turc et ennemi de Ferdinand Ier de Habsbourg ; le gardien est assassiné

av. 1556 Abandon du couvent, transformé ensuite en temple protestant

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Solivar / Sóvár

av. 1482 Fondation du couvent par les membres de la famille Soós de Solivar / Sóvár

1535 Dernière mention du couvent comme actif, dans un guide interne

1536 Destruction du couvent pendant le siège de la ville par les troupes de Ferdinand Ier de Habsbourg ; mise à l'abri des objets liturgiques dans une forteresse appartenant à Georges Soós

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Şumuleu Ciuc / Csíksomlyó

1400 Autorisation pontificale de fonder un couvent franciscain dans ce lieu (Billich), parmi quatre localités

1441 Première mention de ce couvent, en tant que création de Jean de Hunyad, avec pour vocation d'encadrer les populations sicules et de servir de point de départ aux missions anti-hussites programmées en direction de la Moldavie

1448 Fin des travaux de construction de l'église

1462 Mathias Corvin confirme les privilèges reçus de Jean de Hunyad en 1442

1515 Le voïvode de Transylvanie Jean de Szapolya confirme les privlèges reçus de Mathias Corvin et de Jean de Hunyad

1535-1570 Mention d'une communauté de tertiaires rattachée à ce couvent, qui avait un confesseur (1535) et avait la charge des tertiaires de Braşov depuis 1531

1552-1553 Couvent incendié par les troupes du voïvode de Moldavie

1626 Après un demi-siècle de dépeuplement continu, le couvent accueille de nouveaux frères

Ce couvent, l'un des rares à avoir fonctionné sans discontinuité depuis le Moyen Âge, reste le lieu de pèlerinage des "Sicules", qui vénèrent en particulier la statue de Marie réalisée autour de 1520.

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Szécsény (2)

1467 Transfert du couvent franciscain de Szécsény aux Observants sur décision du pape Paul II, à la demande du palatin Michel Ország

1468 Les frères observants s'y installent

1469 Décision de transfert annulée mais sans conséquences sur le transfert à cause des pressions exercée par Michel Ország

1477 Le chapitre vicarial se tient dans ce couvent

1492 Le transfert à l'Observance de ce couvent est confirmé par le pape Alexandre VI

1544 Mise en lieu sûr des objets liturgiques dans la forteresse voisine de Szécsény en prévision des attaques ottomanes ; suppression de la custodie de Szécsény

1552-1593 Occupation ottomane

1610 Retour des frères dans le couvent

C'est l'un des rares couvents de l'Observance franciscaine de Hongrie à avoir maintenu son existence pendant l'occupation ottomane.

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Târgu Mureș / Márosvásárhely (2)

1444 Transfert du couvent franciscain de la ville aux Observants par décision du légat Jules Césarini, avec l'appui de Jean de Hunyad

1492 Confirmation par le pape de l'appartenance de ce couvent à la vicairie observante de Hongrie

1503 Première mention d'une communauté de tertiaires rattachée à ce couvent (jusqu'en 1576)

1535 Le couvent devient le centre d'une nouvelle custodie du même nom (supprimée en 1537)

1556 Expulsion brutale des frères par les partisans protestants de Jean-Sigismond de Szapolya

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Teiuş / Tövis

v. 1444 Fondation du couvent par le gouverneur général du royaume Jean de Hunyad, peut-être en remerciement des victoires remportées sur les Ottomans en 1442 et 1443, avec pour vocation de convertir les populations orthodoxes environnantes au catholicisme

1449 Achèvement des travaux et consécration de l'église, d'après l'inscription qui figure sur l'église

1455 Séjour de Jean de Capistran au couvent autour de Noël ; il relance les missions de conversion des populations orthodoxes (roumaines et slaves) à la demande du gardien de ce couvent, Jean de Geszt

1456 Le patronage passe à la famille Pongrác de Dengeleg

v. 1501-1531 Soutien actif d'Ursule de Perény, épouse puis veuve (1526) de Mathias Pongrác (construction d'une chapelle intérieure, dons, fondation de la communauté de tertiaires)

1554 Fermeture du couvent pour raisons de sécurité, à l'exception d'un frère

1556 Fermeture de la communauté de tertiaires

1595 Retour éphémère des frères

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Visegrád

1425 (27 juin) Le pape Martin V accorde au roi de Hongrie Sigismond de Luxembourg l'autorisation de fonder un couvent destiné à accueillir les Franciscains observants, probablement à partir d'une ancienne chapelle royale dédiée à Saint-Georges ; mais la construction est reportée

1473 Mathias Ier obtient du pape l'autorisation de construire un couvent pour les Franciscains observants à Visegrád

1490 À la mort du roi Mathias, le couvent est toujours inachevé

1511 Les frères obtiennent du vicaire de Hongrie Démétrius de Nyás l'autorisation de construire un clocher en utilisant les pierres d'une chapelle désaffectée située à proximité de leur couvent

1513 Le chapitre de la vicairie de Hongrie se tient dans ce couvent

1514 Le chapitre extraordinaire chargé de préparer, sous la drection du vicaire de Hongrie, le chapitre général d'Assise se tient dans ce couvent

1516 Le couvent apparaît dans les listes internes parmi les établissements de la custodie d'Esztergom

av. 1540 Les objets liturgiques sont transférés en lieu sûr, à Fiľakovo / Fülek, en prévision du siège à venir de la ville

1540 Le couvent subit de graves dommages (pillage et réquisition des vivres) pendant le siège de la ville par les troupes de Ferdinand de Habsbourg

av. 1542 Fermeture du couvent, absent des listes internes

1544 Destruction du couvent lors de la prise de la ville par les Ottomans

Couvent franciscain obs. Ste-Marie de Voćin / Atyina

v.1490-1496 Fondation du couvent, dédié à la Vierge Marie, par Catherine d'Újlak, veuve de Jean (ou Ivan) de Korbava, qui avait reçu la localité du roi Mathias après l'extinction du lignage des Gara en 1479, et sa sœur Euphrosyne, veuve de Job de Gara ; les travaux de construction bénéficient du soutien du roi Wladislas II et de celui de Jean Corvin

1535 La communauté de tertiaires (béguines) rattachée à ce couvent, mentionnée pour la première fois mais probablement plus ancienne, se voit attribuer un confesseur

1535-1537 Abandon du couvent après la prise de Požega par les Ottomans

Couvent franciscain obs. Ste-Marie-de-Neige de Szeged

v. 1480-1494 Fondation du couvent dans la ville basse, dans le quartier de Palánk, loin du vieux centre et de l'autre couvent franciscain, à partir d'un hôpital désaffecté dédié à saint Pierre (peut-être des Templiers), par les habitants avec l'aide du roi Mathias Ier

1495-1497 Long conflit avec les conventuels, qui contestent la légalité de la fondation, reconnue en 1495, 1497 puis 1502 mais à certaines conditions

1502 Un testament appelle les frères de ce couvent zoccolanti (en "sandales")

1503 Travaux de construction alors achevés, d'après une inscription dans l'église

1552 Massacre de 3 frères au cours de la reprise de la ville par les Ottomans ; les autres s'enfuient

1556 Retour des frères, avec l'autorisation du pouvoir ottoman

C'est l'un des rares couvents à avoir fonctionné presque sans interruption pendant et après la période ottomane.

Couvent franciscain obs. Ste-Marie-des-Anges d'Okoličné / Okolicsnó

1476 Fondation du couvent Sainte-Marie-des-Anges-ou-du-Paradis (sancta Maria de Angelis seu de Paradiso, comme à la Portioncule) - vocable probablement choisi par les représentants de l'Ordre - par le roi de Hongrie Mathias Ier, peut-être pour réconforter la population éprouvée par les destructions des troupes tchèques

1489 Le couvent, alors achevé, passe sous le patronage de Jean Corvin en même temps que la forteresse de Liptov / Liptó

v.1510-1512 Querelles internes au couvent, qui opposent le gardien aux frères

1516 Le couvent est mentionné parmi les couvents de la custodie de Sárospatak

1546 Le couvent passe dans la custodie de Szécsény au moment de la suppression de celle de Sárospatak

1571 Abandon du couvent, fortement endommagé ensuite par les protestants.

Retour des franciscains en 1697. Actuelle église Saint-Pierre-d'Alcantara.

Couvent franciscain obs. Ste-Marie-des-Douleurs de Skalica / Szakolca

1467 Fondation du couvent Vierge-des-Douleurs par les habitants de la ville, aidés de seigneurs des environs et du capitaine Jean de Tarca

1484 L'église est achevée

1536 Le couvent est évacué suite à une épidémie de peste

v. 1537 Les frères remettent les objets liturgiques à la municipalité et retardent leur retour en raison de la situation militaire

1563 Retour des frères dans le couvent

1565 Mention d'une école de théologie dans ce couvent

1567-1711 Le couvent devient le nouveau centre de la province salvatorienne pour raisons de sécurité

1782-1790 Fermeture du couvent suite à la dissolution ordonnée par Joseph II

Couvent franciscain obs. Ste-Marie-Madeleine d'Ivanić

1508 Fondation de ce couvent à partir d'un ancien monastère de moniales cisterciennes dédié à sainte Marie-Madeleine par l'évêque de Zagreb Luc Baratin de Szeged, seigneur du lieu ; mentionné en 1516 comme appartenant à la custodie de Slavonie

1537 Dernière mention puis abandon du couvent face à l'avance ottomane, finalement transformé en fort

Couvent franciscain obs. Ste-Trinité de Coşeiu / Kusaly

1422-1423 Fondation du couvent par la famille baronniale des Jakcs de Kusaly à l'intention des Franciscains de la vicairie de Bosnie (autorisation pontificale de Martin V le 22 octobre 1422, puis confirmation de l'évêque de Transylvanie Georges de Pálóc le 2 septembre 1423) ; dédicace initiale au Saint-Esprit puis finalement à la Trinité

1450 Mention écrite du cimetière du couvent

1480 Indulgences pontificales en faveur des visiteurs de la nouvelle chapelle Saint-Bernardin érigée dans l'église du couvent

1501 Une communauté de tertiaires est mentionnée pour la première fois ; elle bénéficie d'un important legs en 1508 (Dorothée de Hédervár) et a sans doute perduré jusqu'au départ des frères en 1556

1552 Rattachement du couvent à la custodie d'Ineu après la suppression de la custodie de Baia Mare

1556 Abandon du couvent et transfert des objets liturgiques face aux menaces des protestants du parti de Jean-Sigismond de Szápolya, qui prend le dessus après la mort

Couvent franciscain obs. Toussaints de Hlohovec / Galgóc

1465 Fondation du couvent par Nicolas d'Újlak, ancien voïvode de Transylvanie, à partir d'une chapelle préexistante dédiée à Tous les Saints, avec l'autorisation du pape (28 mai 1465) et la confirmation de l'archevêque d'Esztergom (18 décembre) ; il aurait joué une part active dans l'endiguement de l'hérésie hussite parmi les Slaves de la région

v. 1492 Laurent d'Újlak, fils du fondateur, fait agrandir le couvent ou son église

1524 La ville et le couvent passent aux Thurzó après le décès de Laurent d'Újlak

1543 Le nouveau patron étant luthérien (Élisabeth, fille d'Alexis Thurzó), le couvent commence à connaitre de graves difficultés de subsistance

1551 Soutien matériel ponctuel du roi Ferdinand Ier de Habsbourg

1576 Incendie volontaire du couvent et départ forcé des frères, sur ordre du fils d'Élisabeth Thurzó, Ádám Ungnad, luthérien

1604 Retour des Franciscains (jusqu'en 1786)

Couvent franciscain observant de Perecske

1415 Fondation du couvent à la limite de l'actuelle localité de Villány, en un lieu nommé Perecske (aujourd'hui Pölöcske), par le "chevalier et baron" Philippe de Kórógy, autorisée par le pape en janvier

1456 Séjour de Jean de Capistran prévu dans ce couvent en mai

1516 Mention de ce couvent parmi les couvents de la custodie d'Ilok

1526 Destruction du couvent par les Ottomans, suivie d'une restauration

1533-1535 Fermeture du couvent pour raison d'insécurité à cause des attaques ottomanes

Couvent franciscain Saint-André de Barczewo

v.1354 Fondation du couvent par l'évêque de Warmie

1364 Nouvelle fondation par l'évêque de Warmie Jean Stryprock, suite à la destruction du couvent par les Lituaniens

1491 Adoption par les Réforme martinienne, qui se traduit par la cession des biens fonciers du couvent à l'évêque, tout en en conservant l'usage

v.1550 Départ des frères à la diffusion de la Réforme

Couvent franciscain Saint-Étienne de Kloštar Podravski / Gorbonak

1292 Fondation du couvent par le seigneur de la forteresse, Bél, du lignage de Herény (selon la tradition de l'ordre, écrite en 1544 par le provincial Jean Terebezdi) ; la forteresse et la localité avoisinante prennent ensuite son nom (Kloštar = couvent, cloître)

1295 Première mention écrite du couvent, qui abrite alors le chapitre provincial ; le vocable à saint Étienne protomartyr est rapporté par un testament de 1504

1552 Après l'incendie de la forteresse de Kloštar par les Ottomans, les frères abandonnent le couvent.

Localisation exacte inconnue.

Couvent franciscain Saint-François d'Óbuda

ca 1270-1316/1334 Fondation du couvent dans la partie de la ville appartenant à la collégiale Sainte-Marie/Saint-Pierre d'Óbuda, probablement par le roi de Hongrie, peut-être (sur un projet remontant au roi) Béla IV

1444 Suite au transfert à l'Observance des couvents de Buda et de Pest, ce couvent devient le centre de la province conventuelle de Hongrie ; il abrite de fréquents chapitres provinciaux (1462, 1465, 1497, 1523, 1525) et le provincial y séjourne régulièrement ; il exerce la tutelle sur les Clarisses installées par la reine Élisabeth Piast à partir de 1331 dans le quartier méridional de a ville, appartenant à la reine

1489 Échec des démarches, relancées par le roi Mathias Corvin, pour retirer la cure des Clarisses d'Óbuda aux frères de ce couvent

1526-1533 Après plusieurs vagues de destructions ottomanes, le couvent est abandonné et la cure des Clarisses est transférée au custode de Nitra

Couvent franciscain Saint-François d'Oradea / Nagyvárad

av.1298 Fondation du couvent Saint-François par l'évêque d'Oradea

v.1379 Le couvent, initialement rattaché à la custodie d'Eger, devient le centre d'une nouvelle custodie

1533 Un studium est attesté dans ce couvent.

1557 Les troupes du capitaine Thomas Varkus détruisent le couvent, dont les derniers murs s'écroulent en 1692.

Un couvent de Clarisses était placé sous la surveillance des frères de ce couvent, de même qu'une fraternité du tiers-ordre (béguines).

Pages